Méthodologie

Généralités

Généralités

La généalogie est la discipline qui a pour objet la connaissance de la parenté existant entre les individus. (René Jetté. Traité de généalogie. Montréal, PUM, 1991, p. 37)

En plus de cette recherche de parenté, elle s'intéresse également à la vie des ancêtres et au cadre de leur existence. L'histoire des familles tend à devenir la suite logique de l'établissement des filiations.

La pratique de la généalogie met en relief l'usage de certains termes, tels génération, fratrie, ascendant, agnatique, parenté, filiation... La consultation du glossaire permet de connaître la signification des termes les plus susceptibles d'être rencontrés lors d'une recherche.

Raisons de faire sa généalogie

La quête identitaire des Québécois touche à trois réalités :

  • la généalogie ou les liens de parenté,
  • l'histoire de famille,
  • l'histoire locale.

Faire de la généalogie peut répondre à diverses finalités. Parmi celles-ci, mentionnons :

  1. une quête de sens : fondamentalement, connaître d'où l'on vient et qui étaient nos ancêtres procède d'une démarche importante et signifiante pour toute personne;
  2. une meilleure connaissance des dimensions particulières d'une famille au regard de traits communs, d'habiletés, de comportements, etc.;
  3. une façon de refaire l'histoire de façon intimiste : les événements et les lieux prennent alors une toute autre signification que celle véhiculée par l'histoire officielle parce qu'ils sont concrètement liés à une personne en particulier;
  4. une découverte fascinante de son milieu, ce qu'illustre parfaitement la confection d'une histoire locale;
  5. un passe-temps agréable, passionnant et instructif : il s'agit, pour certains, d'une façon de concrétiser le plaisir de la recherche et d'une occasion de partager ses connaissances;
  6. un témoignage laissé aux générations futures du passage de leurs ancêtres dans la vie;
  7. une aide pour les notaires obligés de dresser des généalogies dans les cas de successions;
  8. une discipline auxiliaire à de nombreuses sciences : l'histoire, la démographie, la sociologie, la génétique, le droit, etc.;
  9. une finalité particulière au plan religieux : pour les catholiques, cela balise certains empêchements au mariage et régit les dispenses de parenté au mariage. Pour les adeptes de l'Église de Jésus-Christ-des-Saints-des-derniers-jours (Mormons), la généalogie occupe une place prépondérante. Leur doctrine prétend que le salut des vivants passe par celui des morts qui leur sont apparentés;
  10. une finalité administrative. Par exemple, l'administration de la mesure du premier ministre Honoré Mercier relative aux octrois gratuits de terres aux familles de 12 enfants vivants et plus nécessitait la fourniture de données généalogiques. De même, l'inscription par le gouvernement fédéral d'une personne au Registre des Indiens demande également la fourniture de semblables informations.

 

Le Québec, endroit privilégié pour la généalogie

Cette situation tient à certaines conditions particulières, dont :

  1. la richesse du contenu et la qualité de la tenue des registres religieux et de l'état civil depuis les débuts de la Nouvelle-France;
  2. la disponibilité presque complète des sources originales;
  3. la disponibilité et la richesse des archives notariales, judiciaires, administratives;
  4. le nombre, la qualité et la diversité des répertoires de l'état civil;
  5. la richesse, le nombre et la diversité des instruments de travail : Dictionnaire Tanguay, Dictionnaire Jetté, Dictionnaire du Québec ancien, Dictionnaire Langlois, les microfiches du fichier Loiselle, les banques de données importantes, dont BMS 2000, etc.

 

Environnement du généalogiste

L'environnement du généalogiste fait état des principaux éléments propres au Québec.

L'objectif visé est d'illustrer la diversité et la richesse de ces éléments, de même que certaines interactions par rapport à un chercheur. Les nombreuses sociétés de généalogie et le réseau des Archives nationales démontrent bien cet énoncé.

Un chercheur n'est nullement isolé dans sa démarche. Il peut trouver de l'information, de l'aide ou du soutien de nature différente et à divers niveaux.

La possibilité d'entraide constitue un élément clé et caractérise la généalogie québécoise; la mise sur pied de sociétés de généalogie répond en partie à ce besoin.

Enfin, l'utilisation d'Internet, en raison de ses caractéristiques propres, permet notamment de mettre un chercheur en contact avec l'une ou l'autre de ces associations ou organismes.

 

Qualités requises du généalogiste

Il doit être curieux.

La curiosité anime la motivation. Comment et où vivaient les ancêtres? Quelles difficultés ont-ils rencontrées? Quels événements historiques se rattachent à eux? Quel fut le déplacement de la famille? Pourquoi? Il faut questionner, interpréter...

Il doit être patient, persévérant et optimiste.

La quête du généalogiste se heurte à de nombreux écueils : actes détruits, fausses pistes, textes rédigés en vieux français...

Il doit être logique, intuitif et perspicace.

On ne cherche pas seulement des dates; on recherche des êtres humains qui ont vécu dans un milieu différent et une culture différente de celle d'aujourd'hui.

Il doit être prudent, minutieux et rigoureux.

Il doit vérifier ses données et les recouper. Un homonyme dans le même village et la fausse piste est assurée

Par le passé, plusieurs chercheurs ont abordé la généalogie comme autodidactes, situation qui explique la variété des méthodes utilisées et des démarches entreprises.

De plus en plus, les chercheurs tirent profit des nombreuses activités de formation disponibles pour débuter correctement et éviter les écueils les plus fréquents.

Retour à la liste des nouvelles